Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par clarisse kitchen

"Emportez-moi sans me briser, dans les baisers,

Dans les poitrines qui se soulèvent et respirent,

Sur les tapis des paumes et leurs sourires,

Dans les corridors des os longs, et des articulations."

Emportez-moi  Henri Michaux  Poètes en partance

 

 

Voilà, elles étaient là les dernières volontés du lapin...


La fourmi avait tout entendu... elle voulait bien faire.

Elle mit du corps à l'ouvrage, délestant le lapin de ses articulations, de ses os longs.


Aussi abstraitement qu'un poème, la fourmi reconstituait le lapin

à coup de giroles, de lardons, d'oignons.


"Entrez, entrez, entrez... tenez-vous là sous la crépine !

Oui, comme ça, collez-vous au lapin...

Encore un peu... parfait, ne bougez plus !"

 

IMG 0138


C'est ainsi que la fourmi rendit grâce au lapin. 

 

IMG_0131.jpg


On n'eut pas vent de ce lapin aux quatre coins du monde, pourtant il partit à point 

salué par une ola de narines...par des papilles en fête...

 

IMG 0132

Commenter cet article

Anne 24/10/2012 01:12

Merci pour ces lignes emplies de poesie, humour et finesse.
Bravo pour l emmaillotage de la crepine!